Blandine Legal Dornez s’est engagée à raconter aux lecteurs du Nénuphar,
ses souvenirs de jeunesse à Sainte-Geneviève, son village natal.

Nous avions tous hâte au mois de juin pour la cérémonie de la Fête‑Dieu. Il y avait une procession, de l’église à la maison d’un paroissien choisi par les syndics de la paroisse. Chacun avait son tour. La famille élue devait bâtir un petit autel dehors où le prêtre allait célébrer la messe. Des jeunes filles éparpillaient des fleurs sauvages roses sur le chemin. Le prêtre suivait, portant une icône de Dieu. Au-dessus de sa tête, il y avait un dais à quatre poteaux tenu par quatre hommes. Les paroissiens chantaient des cantiques au Sacré‑Cœur où l’on récitait le chapelet. Arrivées à l’endroit choisi, des petites filles étaient placées de chaque côté de l’autel, habillées en costumes d’anges, et des petits garçons étaient enfants de chœur.

La journée précédente, les jeunes hommes allaient dans le bois pour couper des petits arbres de
6 à 8 po de hauteur et les plantaient de chaque côté du chemin, dans des trous espacés de 10 à
12 po, de l’église à la maison hôte. Tous les paroissiens étaient de la fête, même les tout-petits et les bébés dans les bras de leur maman. C’était une cérémonie émouvante. 

Au cours du mois de juin 1999, alors qu’on visitait la Colombie-Britannique, il y a eu une procession semblable après la messe, où les paroissiens ont fait un tour dans le village. Même cérémonie, sans aucun arrêt par contre, mais tous chantaient des cantiques ou priaient. Ça m’a rappelé les processions de ma jeunesse. Dommage que cette célébration n’existe plus aujourd’hui.

 

Un autre événement qui s’est produit à Sainte-Geneviève, dans ma jeunesse, c’est la visite de la statue de Notre‑Dame‑du‑Cap. On ne pensait jamais que la statue viendrait dans notre petit coin. Quelle surprise quand notre prêtre nous a annoncé la bonne nouvelle. J’ai revu la même statue à Nicolet, au Québec, dans un petit musée. La statue a traversé le Canada et s’est arrêtée dans plusieurs villages et villes catholiques. C’est quelque chose qu’on ne peut oublier.

 

Vous pouvez offrir une pensée à Blandine qui a perdu son ami d’enfance et son compagnon de vie de 66 ans, Jean Dornez, le 13 mai 2018.

Liste de tous les articles.jpg