Cette chronique se veut une forme d’éditorial qui exprime certains des points positifs et quelques fois moins positifs de nos réseaux de la santé, par des rencontres et des lectures que je fais dans mon quotidien. Espérons qu’elle vous inspirera à aiguiser votre sens critique et à comprendre que la véritable santé part de nous-mêmes et de nos actions de tous les jours.

Mise en garde du Nénuphar : Les opinions présentées dans ce texte représentent le point de vue de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du magazine.

La belle saison, synonyme de bonheur et de santé…

J’ai la chance d’aller dans le sud quelques fois par année, et j’ai constaté que les magasins d’aliments naturels et les gyms ont un achalandage assez constant. Je suis toujours surpris d’entendre les commerçants d’ici nous dire que les affaires ralentissent durant l’été, que la population fréquente beaucoup moins les magasins pour se procurer leurs suppléments ou leurs super aliments. Sommes-nous plus en santé l’été que l’hiver? C’est une question qui mérite d’être posée.

 

Il est vrai que le soleil, et surtout la lumière qu’il dégage, a un effet extrêmement puissant sur notre humeur, et c’est peut-être la raison principale pour laquelle les gens cessent de consommer des compléments alimentaires. Je serais même curieux de faire un sondage pour voir si certaines personnes n’en profitent pas aussi pour arrêter la prise de médicaments sur ordonnance durant l’été. L’achalandage des salles d’entraînement est en baisse, et même les cours de remise en forme sont en pause la plupart du temps. Toutefois, je ne suis pas convaincu que tous ces adeptes continuent de faire autant d’exercice et de bien s’alimenter durant cette période.

C’est vrai que l’été nous apporte de bons fruits et légumes de saison, que beaucoup de gens en profitent pour faire des activités à l’extérieur quand il fait beau. J’aimerais par contre vous rappeler que l’été veut aussi dire « cantines », « terrasses », « festivals » et combien d’autres occasions de faire des écarts. On n’a pas moins de maladies chroniques l’été, on ne rajeunit pas non plus, mais on se sent quand même mieux dans notre peau, et ça nous pousse à revoir nos habitudes temporairement. Comme quoi notre humeur peut complètement transformer la façon dont on perçoit nos

malaises ou nos inconforts. Honnêtement, je ne sais pas trop quoi en penser. D’un côté, il est toujours bon de s’accorder une pause et de décrocher, mais de l’autre, si j’ai des carences ou des problèmes de santé, il serait peut-être préférable de prendre de petits répits de quelques jours tout au long de l’année plutôt que de tout mettre en veille pendant deux ou trois mois. Ce qui est certain, c’est que l’ambiance est bonne, que les gens sont souriants et que la chaleur nous réchauffe le cœur.

En réfléchissant bien à la question, je vous suggère de vous préparer un bon petit cocktail, dans lequel vous pouvez y ajouter une dose de super aliments riches en vitamines, en minéraux et en antioxydants; assoyez-vous confortablement sur votre chaise longue, au soleil, et prenez le temps de lire cette édition d’été du Nénuphar sur votre iPhone ou votre portable.

 

Bonnes vacances!

Avez-vous une opinion sur le sujet? Faites-nous en part et nous l'ajouterons au bas de cette chronique.

Liste de tous les articles.jpg