En sourdine

Image1.jpg

Je vous présente Clara (Wieck) Schumann, la première de mes femmes musiciennes qui, en dépit d’être dans l’ombre de son époux, a scintillé comme artiste durant son temps.

Clara Schumann, née Wieck, est considérée comme l’une des plus grandes pianistes de l’ère romantique au XIX ͤ  siècle. Née en Allemagne le 13 septembre 1819 d’un père musicien et d’une mère chanteuse (Marianne Tromlitz), sa carrière fut lancée à titre de concertiste prodige à l’âge de neuf ans. Son père Frédéric Wieck était reconnu comme un excellent professeur de piano et fut le seul enseignant de sa fille.

 

En 1929 vers l’âge de dix ans, ses premières œuvres, Quatre polonaises, sont publiées et plus tard, Soirées musicales (composé entre 1834 et 1836). Ses prochaines compositions sont très bien reçues et sont remarquées par d’autres grands musiciens, notamment Liszt. Une de ses pièces la plus célèbre est Trio pour piano, pour violon et violoncelle.

Composer me procure un grand plaisir… rien ne surpasse la joie de créer, car cela me permet de m’oublier pendant quelques heures et de vivre dans un univers de sons.

– Clara, au sujet de la composition

À l’âge de 16 ans, Clara tombe amoureuse de Robert Schumann, un ancien élève de son père. Dès qu’elle atteint ses 18 ans, le couple demande au père de Clara la permission de se marier, mais celui-ci refuse carrément. Les relations avec Frédéric Wieck deviennent difficiles et cette période est marquée par la séparation du jeune couple, par une communication secrète forgée grâce à l’aide de leurs amis, par des comparutions devant le tribunal et finalement, par la décision judiciaire d’accorder le mariage au couple en 1840. Ils auront huit enfants au cours de leur union et Clara dévouera sa vie à son époux et à sa musique.

J’ai déjà cru que je possédais un talent créatif, mais j’ai laissé tomber cette idée; une femme ne doit pas désirer composer... aucune n’a pu le faire. Devrais-je croire que je serais la seule? 

– Clara Schumann à 20 ans

Clara n’a pas une vie facile; en plus des exigences d’une grande famille, son époux souffre d’une maladie mentale et en meurt en 1856.

En dépit de cela, elle produit durant sa vie une quarantaine de compositions, enseigne le piano au Conservatoire Hoch, à Francfort, est conseillère de Johannes Brahms et s’occupe de créer une édition complète des œuvres de son époux. De plus, elle fait des tournées à travers l’Europe et donne des concerts en interprétant majoritairement les œuvres de son mari Robert Schumann afin de les faire connaître aux gens et qu’ils puissent ainsi les apprécier. Incroyablement, sa carrière de concertiste a duré 61 années… jusqu’en 1891! Elle meurt en 1896.

Clara est non seulement l’une des rares femmes compositrices de son époque, mais c’est aussi une femme extraordinaire par sa vertu, à tous les âges.

Références : les articles portant sur Robert Schumann et Clara Schumann.

À consulter :

  • Comment exister aux côtés d’un un  génie (Fanny Mendelssohn, Clara Schumann, Alma Mahler) par Agnès Boucher

  • Clara S./ Les secrets d’une passion par Claude Samuel

  • Robert et Clara Schumann, Journal Intime, Buchet/Chastel, 2009  (ISBN 978-2-283-02387-7

  • (article annexe)  Clara, film réalisé par Helma Sanders-Brahms en 2008 qui raconte des épisodes de sa vie.

YouTube.jpg
Liste de tous les articles de En sourdin