Investir dans l’immobilier ou acheter des actions?

– Partie III –

 

Le principal avantage de l’immobilier est qu’il vous permet d’être en contrôle. Non seulement vous choisissez les propriétés (actions) que vous achetez, vous pouvez aussi choisir vos locataires, établir les règlements de vos locations (dans les limites légales) et ainsi de suite. Autrement dit, vous êtes plus impliqués et c’est sous votre contrôle. Mais encore une fois, c’est une arme à double tranchant. Si vous n’êtes pas prêt à consacrer du temps pour vous renseigner sur la façon de louer des propriétés, cela se retournera contre vous et durement. Par exemple, si vous sautez des étapes dans la sélection de vos locataires ou tentez de le faire sans trop d’efforts, vous pourriez vous retrouver avec un terrible locataire qui détruira tous vos profits. Si vous évitez d’avoir recours aux services d’un inspecteur d’habitations ou tentez d’obtenir le moins cher possible, vous pourriez finir par acquérir une terrible propriété. Le côté positif est que même si vous n’achetez rien, vous pouvez vous renseigner, trouver quelqu’un pour vous conseiller, et cela fera toute la différence. Il existe toujours des groupes locaux d'investissement immobilier et des gens désireux de s’entraider, et c’est un excellent endroit où commencer. La clé de l’immobilier est d’être très actif et impliqué.

estimation-bien-immobilier.jpg

L’autre différence importante avec l’immo-bilier est que ça exige généralement beaucoup plus de capital pour démarrer.
Ce sera très difficile de le faire à moins de 20 000 $ en espèces. À tout le moins, vous aurez besoin de verser les arrhes de votre immeuble à usage locatif. Vous aurez aussi probablement besoin d’argent supplémen-taire pour préparer la propriété à la location,

être en mesure de payer le deuxième prêt hypothécaire pendant que vous trouvez un locataire, etc. Bien entendu, vous êtes mieux d’avoir une bonne cote de crédit pour être en mesure d’obtenir une deuxième hypothèque afin d’obtenir votre première location. Avec les actions, votre mise de fonds initiale peut être très minime.

Lequel puis-je vous recommander? Les deux, si vous êtes prêts à y mettre temps et effort.

Bien franchement, je vois des gens consacrer beaucoup plus d’efforts à faire des recherches pour l’achat d’un téléviseur ou le choix d’un hôtel durant leur voyage que lorsqu’ils « investissent » plusieurs fois le même montant dans des actions ou des fonds communs de placement.

J’ai vu bien des gens acheter des actions en n’y accordant aucune ou peu d’attention et se demander par la suite pourquoi cela n’a pas bien marché. Cliqueriez-vous sur le bouton « Acheter ce voyage » d’un site Internet sans même vérifier où se trouvent les hôtels, simplement parce que votre ami vous a dit qu’il s’agissait de bonnes vacances? Et pourtant, bien des gens font tout le temps la même chose avec les actions. Ou encore, ils présument que telle ou telle compagnie représente un bon investissement seulement parce que son nom leur est familier. Combien de Canadiens ont perdu de l’argent de cette façon avec Nortel? Même quand ses actions étaient en train de s’effondrer, les gens continuaient d’y mettre de l’argent parce que la compagnie était connue et qu’on en parlait. Je me souviens en avoir discuté avec une personne qui planifiait en acheter davantage parce qu’elles étaient tellement bon marché à 1 $ l’action comparativement à leur coût au moment où elles rapportaient 5 $ l’action. Achèteriez-vous un kiosque à sandwich pour 10 000 $ qui perdrait 50 000 $ annuellement simplement parce que tous les autres kiosques à sandwich se vendent 100 000 $ et que ça semble être un bon achat en comparaison? Pourtant, c’est ce qui s’est produit.

Malheureusement, cela se produit aussi avec l’immobilier, un peu moins souvent à cause du montant d’argent nécessaire pour démarrer. Cela s’est produit sur une grande échelle aux États-Unis en 2008. Nous pouvons le voir maintenant en Chine sur une plus grande échelle encore. De la même manière que les actions, l’achat de propriétés mises en location est basé sur la profitabilité, signifiant que vous devriez pouvoir générer un profit en louant à un locataire. Si ce n’est pas possible, même avec une importante baisse, alors c’est que le marché est surévalué et a besoin d’être corrigé. Donc, si quelqu’un vous demande si une propriété est bien évaluée, vous pouvez répondre par une autre question « Pourriez-vous faire un profit en la louant? » Certains diront que vous pouvez faire un profit sur l’augmentation de la valeur de la propriété, mais quand il s’agit de la seule façon de réaliser un profit, vous vous dirigez vers une correction éventuelle des prix, surtout si les taux d’intérêt sont à un creux historique comme ils le sont actuellement. Chaque marché local est différent, mais l’indicateur clé d’un bon investissement est la profitabilité de la location.

Encore une fois, les deux types d’investissement peuvent être très lucratifs, enrichissants... et amusants. Mais je vous recommanderais d’investir dans l’un ou l’autre seulement si vous êtes prêts à y mettre temps et effort, sinon, je vous suggère d’investir dans des fonds indiciels. C’est votre meilleur choix si vous ne voulez pas vous en occuper et obtenir les mêmes profits que le marché. Cependant, n’oubliez pas que le marché a ses hauts et ses bas et que vous allez également les suivre. Vous N’ALLEZ PAS battre le marché, mais serez de pair avec lui, ce qui est encore une bonne affaire.

Un dernier conseil qui s’applique aux deux types d’investissement : le plus longtemps vous pouvez les conserver, le moins de taxes vous paierez et meilleurs seront les revenus à long terme. Donc, si vous planifiez investir dans un ou l’autre, vous obtiendrez de bien meilleurs résultats à long terme si vous achetez des biens que vous pouvez conserver longtemps, disons plusieurs années. C’est plus courant dans l’immobilier, mais tout aussi important avec les actions.
 

Liste de tous les articles de.jpg