Décembre 2018

Sainte-Anne-des-Chênes, Manitoba

Gestion des Fêtes

En relisant l’édito de décembre de l’an dernier, histoire de me rappeler ce dont j’avais bien pu parler, je me rends compte que mes préoccupations du moment l’avaient emporté sur le sujet du mois : les Fêtes de Noël. En effet, le titre était « Gestion de la croissance » et s’appliquait à la croissance du Nénuphar. Quel chemin parcouru depuis un an! Au moment de la publication du numéro de décembre 2017, 1 068 personnes étaient venues « feuilleter » Le Nénuphar. Un an plus tard, il y en a eu 10 000 de plus. Bien sûr, plusieurs des récents visiteurs ne sont venus que pour voter pour l’œuvre de leur choix, mais tout de même, ces gens connaissent maintenant l’existence du magazine. 

En parlant de gestion de la croissance, l’an dernier, je n’avais pas tout dévoilé. Avec l’augmentation du nombre de pages à éditer, nous avons dû changer de fournisseur de service Internet, ce qui occasionne toujours des « dérangements », mais surtout, nous avons dû décider d’acheter un nouveau site pour répartir les chroniques afin d’alléger l’éditeur. Et ÇA, chers lecteurs, a représenté un travail de moine pour s’assurer que tout le référencement des articles (mois précédent et mois suivant) soit bien codé. Et ce sera à refaire tous les ans.

Gérer le temps des Fêtes est autre chose... et un peu la même chose. Cela demande d’imaginer (visualiser) ce que l’on veut qu’il arrive, de planifier dans ce sens et de s’en tenir au plan. Par exemple, mon désir est de passer du bon temps en famille et pour cela, il faut veiller à ce qu’il y ait le moins de stress possible. Je vais donc cuisiner un certain nombre de repas à l’avance et les congeler. D’ailleurs, beaucoup de mets sont meilleurs une fois décongelés, c’est bien connu. En répartissant la préparation des repas, je ne m’essoufflerai pas et pourrai arriver à Noël en forme et de bonne humeur. Voilà pour le stress de la visite. Comme je n’essaie plus, depuis quelques années, de répondre à tous les besoins exprimés ou imaginés de mes enfants, le stress de l’argent est maintenant bien moindre. J’ai trouvé par contre un excellent cadeau : une expérience thérapeutique familiale de séjour en caisson d’isolation sensorielle. Je vous en reparlerai!

Reste le stress lié à l’alcool. Un petit peu rend joyeux, un peu trop rend garlot et l’ébriété avancée risque de gâcher ces moments que l’on a voulu tellement parfaits, que le stress des préparations nous a entraînés à consommer davantage. C’est le temps d’y penser maintenant : que voulons-nous qu’il arrive durant le temps des Fêtes?

 

Une petite lecture pour les intéressés : Fêtes : toutes les astuces pour réduire sa consommation d’alcool, sur le site Web de Santé magazine de décembre 2015.

 

Je vous souhaite un très bon temps des Fêtes!

Vos idées et commentaires sont les bienvenus pour faire de ce magazine un endroit agréable à consulter. Ne vous gênez surtout pas d’écrire à :

editeur@magazinelenenuphar.com

Liste_de_tous_les_éditos.jpg