Les vêtements

Êtes-vous une personne qui range ses vêtements et accessoires d’hiver quand arrive l’été et vice-versa? C’est sûrement une bonne habitude pour libérer de l’espace dans les tiroirs et garde-robes. C’est aussi une bonne façon de ne pas avoir à prendre de décisions sur le sort des vêtements que l’on porte moins souvent ou plus du tout, ou qui ont perdu leur première jeunesse.

Source de l'image : psychologies.com

Mais pourquoi donc garde-t-on des vêtements qu’on ne porte plus? Les raisons sont nombreuses :

 

- Il y a les vêtements-souvenirs. Nous les portions à un moment important de notre vie, en général un moment heureux et, même s’ils ne nous font plus, on a plus de difficulté à s’en débarrasser parce qu’ils nous rappellent certains événements de notre vie.

 

- Il y a les vêtements-image. Ils nous ont représentés dans nos activités sociales et correspondaient à ce que nous voulions projeter de notre identité, de notre personnalité à un certain moment de notre vie. Nous avons évolué depuis et ces vêtements ne s’accordent plus avec l’image que nous avons maintenant de nous-même ou avec ce que nous voulons projeter, mais ils sont témoins de notre passé.

 

- Il y a les vêtements-espoir. Ils sont légèrement serrés ou trop... nous les avons achetés avec le l’espoir d’« arriver » à les porter un jour, c’est-à-dire à perdre du poids, et bien sûr aussi parce qu’ils nous plaisent. Ou nous les avons déjà portés et voudrions retrouver la forme que nous avions avant. Il peut être difficile de s’en détacher sans associer cela à un échec.

 

- Il y a les vêtements-au-cas-où. Ceux qui ne servent pas, qu’on ne porte pas ou qu’on n’aime même pas, mais dont on est incapable de s’en départir parce qu’« On ne sait jamais, ça pourrait servir. » Il paraît que cette manifestation du syndrome de l’écureuil serait due à un manque de confiance en l’avenir. Selon Catherine Huvelin, praticienne en programmation neurolinguistique, « celui à qui l’on a appris la confiance en l’avenir sait qu’il trouvera le moyen de s’en sortir le moment venu. Il n’éprouvera pas la nécessité de prévenir ses futurs besoins, et se séparer du superflu ne sera pas un problème ».

Tous ces vêtements finissent par occuper une trop grande place dans nos vies et dans nos placards. Loin de moi l’idée de vous dire quoi garder ou ne pas garder, si vous avez entrepris la lecture de cette chronique, c’est que vous ressentez un besoin de simplifier, d’alléger votre environnement, de revenir à l’essentiel ou de lutter contre l’encombrement... Je vous fais confiance, et pour vous aider, voici quelques liens de sites Web où vous trouverez des conseils pratiques sur le désencombrement des vêtements.

Garde-robe minimaliste : 3 méthodes reconnues mondialement, sitelestulipes.ca

Désencombrer les vêtements, site bien-etre-organisee.com

Désencombrer sa garde-robe, site mamansorganise.com

Reprendre sa vie en main, améliorer son efficacité, alléger sa vie, mieux vivre, prendre le contrôle de son environnement, désencombrer son esprit, retrouver un sentiment de liberté... sont toutes des expressions utilisées lorsqu’on parle d’organiser son espace de vie. Il existe une abondance de livres et de textes en ligne avec tous d’excellentes suggestions sur le sujet. Le Nénuphar y a fait le tri pour vous offrir à petite dose les meilleurs conseils pour « aérer » votre environnement de vie.